Notre agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

COMPTE RENDU DE LA JOURNEE  DU 6  OCTOBRE  2018

 

Les météorologistes nous apprennent que l'été à peine fini de cette année 2018 a été le plus chaud de tous ceux qui ont pu faire l'objet d'une observation par des moyens modernes. Il n'est dès lors pas étonnant que ce premier samedi d'octobre nous offre une chaleur automnale digne de la saison écoulée. C'est donc avec un coeur également ensoleillé que les Anciens du Collège de Bonne-Espérance se retrouvent dans l'enceinte de notre vénérable Maison. Les aines, malheureusement en nombre décroissant d'année en année, tiennent à commencer cette journée par rendre grâce au Seigneur en assistant à la messe célébrée dans la basilique par monsieur l'abbé Philippe Pêtre (Rh. 1978 et jubilaire de 40 ans) assisté de messieurs les abbés Joseph Bayet (Rh. 1952) et José Bouchez (Rh. 1957). Les talents n'ont jamais manqué à Bona Spes et trois de leurs heureux détenteurs se mettent au service de la cérémonie : Freddy Bourlard (Rh. 1964 et Président des Anciens) à l'orgue, Sébastien Rousseau (Rh. 1993) au cuivre alto et Jaques Voîsey (Rh. 1971) au pupitre de chantre soliste. Dans son homélie - toujours appréciée tant par son contenu théologique que par son élégante éloquence - l'abbé Pêtre développe comment Marie, don que nous fait Jésus en tant que mère, nous met à l'école de la parole du Christ. A l'issue de la célébration, les deux instrumentistes nous interprètent magistralement un extrait de « Trumpet Voluntary » chaleureusement applaudi par l'assistance.


La séance académique tenue dans la dite « bibliothèque des moines » et illustrée comme de coutume par l'oeuvre technique d'Etienne Poriau (Rh. 1987), débute d'une façon qui est inhabituelle pour la rigueur de son déroulement traditionnel. En effet, Paul Dupuis (Rh. 1958 fêtant ses 60 ans de sortie) demande la parole que lui concède exceptionnellement le président Bourlard. Paul nous délivre un beau message proclamant qu'après 60 ans, ses compagnons gardent au coeur l'Espérance et qu'ils restent sensibles à la poésie de l'azur et des étoiles figurant sur le blason de la maison de Notre-Dame.


La séance officielle commence par un In Memoriam pour les Anciens qui nous ont quittés cette année. Pour le Président, l'Association se porte très bien à beaucoup de points de vue avec cependant un bémol en ce qui concerne les cadres des Régionales qui avancent en âge et qui devraient pouvoir se renouveler dans un futur proche. Il cède la parole à Alain Maghe, Président du Collège qui se félicite de la population de l'établissement comptant 314 élèves en primaire et 784 en secondaire dont 61 internes. Une situation financière favorable permet d'envisager des rénovations et même des extensions pour le bénéfice de la gent estudiantine. Alain exprime l'espoir de voir se concrétiser la réparation de la toiture et des châssis les plus anciens des bâtiments.


Nous restons donc sur cette note optimiste en dévoilant les comptes financiers de l'Association qui restent sains et permettent de verser un don prévu de 15.000 euros au Collège. L'assemblée approuve les comptes par applaudissements comme îl convient à tout bon système de centralisme démocratique et se révèle prête à accueillir le lauréat du prix Dequanter honorant une personne ayant oeuvré méritoirement pour Bonne-Espérance. Il s'agit en fait d'une lauréate, madame Rosette Fromont, que présente Benoît Dufranne (Rh. 1967, président de l'A.M.A.B.E.). Rosette s'est mise au service des manifestations se déroulant à Bonne-Espérance depuis 25 ans en assumant la plupart du temps un rôle matériel et caché du public. Elle assure avoir connu beaucoup de satisfaction, non seulement pour avoir rencontré Notre-Dame dans ce site exceptionnel, mais aussi pour avoir pu faire la connaissance de personnes ayant fait l'objet de sa grande considération. Elle affirme enfin pouvoir meubler son imagination avec ce qu'elle a vu et entendu en nos murs pour le reste de sa vie.


En fait d'imagination, le moment est venu de constater si celle des jubilaires enjolive ou assombrit les souvenirs de leur temps d'étude. Le premier représentant d'entre eux est Jean-Pierre Hermant parlant au nom de la rhétorique 1968. L'orateur met particulièrement en exergue la qualité des enseignants qui étaient des maîtres capables de créer chez les élèves le désir de savoir. Il évoque les grâces dispensées par Notre-Dame qui nous donne plus que ce que nous lui demandons.


Les jubilaires de 40 ans ont délégué Didier Honorez qui s'interroge sur l'impact que leur séjour à Bonne-Espérance a pu avoir sur leur existence. Le Collège leur a appris à apprendre et les a socialisés dans un microcosme de la société.


Bénédicte Dufrane de la rhéto 1993 prononce un discours à la rédaction duquel Marie Verlinden a participé. Pour ces deux anciennes, ce lieu austère qu'est l'abbaye s'est révélé être un havre de paix. « Les racines de l'éducation sont amères mais les fruits en sont doux. »
Les rhétoriciens de 2008 ont pour porte-parole Marie Lebacq et Maxime Losseau qui évoquent une série de souvenirs en les faisant entrer dans des titres de chansons salués par l'approbation de l'assemblée.


Et c'est bien entendu sur une note enchantée que le président Bourlard remercie les orateurs du jour et souhaite à tous une agréable journée dans la joie et l'amitié.

 

Claude Freschi (Rh. 1963)